Generic selectors
Exact matches only
Search in title
Search in content

Comment bien préparer les OPR chantier ?

opr-chantier

Lorsqu’un projet de construction voit le jour, les responsables n’ont qu’une idée en tête : réussir la phase OPR chantier. Pourquoi ? Car il s’agit d’un moment clé, c’est là que tout va se jouer. L’ouvrage pour lequel vous avez travaillé dur pendant des mois sera-t-il accepté par les clients ? Vous le saurez lors des Opérations préalables à la Réception. Vous l’aurez compris, les OPR sont d’une importance capitale dans un projet, l’intérêt est donc de ne pas se louper. Pour réussir avec brio cette étape, il existe une technique imparable : l’anticipation. Avoir l’art de l’anticipation dans le sang est exigé, mais pas que. Il y a des étapes à respecter et des éléments à ne surtout pas oublier. Pour en savoir plus, laissez glisser vos yeux jusqu’à la fin de cet article !

Qu'est-ce que les OPR ?

opr-chantier-travaux

Avant de vous lancer dans la préparation des OPR bâtiment, il faut d’abord comprendre l’utilité de ce moment. A quoi servent les OPR ? Pour faire simple, les OPR chantier consistent à veiller à la bonne réception d’un ouvrage. C’est au maître d’ouvrage de vérifier si tout est en ordre sur l’ouvrage et s’il est parfaitement conforme au contrat signé avec les clients. Si tout est correct, les deux parties passent à la signature du procès-verbal de réception de chantier. Cette fameuse signature du pv de réception de travaux doit se faire entre le maître d’ouvrage et l’artisan

      Quelles sont les différentes étapes des OPR ?

      Dans un premier temps, dès le début du chantier, l’artisan détermine une date de fin de travaux. Une fois l’ouvrage terminé, arrive la convocation où tous les entrepreneurs sont invités à se présenter. Si les deux parties du contrat s’entendent sur la conformité de l’ouvrage, ils passent à la signature du procès-verbal. Pour être valide, un pv de fin de réception de travaux doit contenir ces éléments qui suivent :

      opr-chantier-reception
      • La référence au marché et à l’entreprise
      • La date d’établissement du procès-verbal et réception des travaux
      • Le bâtiment visité
      • Les personnes présentes ou représentées
      • Les personnes convoquées mais absentes
      • La liste des vérifications effectuées
      • Les informations sur les travaux avec le détail des prestations exécutées et les inexécutions
      • Des informations sur la libération du terrain et le repli du chantier avec l’enlèvement des installations indispensables à l’exécution des travaux
      • La liste des réserves ou des vices apparents
      • La signature qui doit être signée par toutes les entreprises présentes. Ne pas oublier de faire mention sur le procès-verbal si une entreprise ne souhaite pas signer.

        OPR : ce qu'il ne faut pas oublier

        Pour réussir l’étape des OPR, il y a quelques éléments à ne pas oublier. On pense notamment aux différents points à vérifier :

        • La reconnaissance des ouvrages réalisés
        • Les épreuves prévues par le marché
        • La constatation ou non de la prestation prévue au marché mais pas réalisées
        • La vérification de la conformité des conditions de pose des équipements afin de faire valoir leur garantie
        • La constatation ou non de malfaçons ou imperfections sur l’ouvrage
        • La constatation de la remise en état des terrains et des lieux ainsi que du repliement des installations de chantier
        • La constatation relatives à l’achèvement des travaux
        opr-chantier-batiment

        Ce qu'il faut retenir des OPR

        Les OPR sont le passage obligé pour réceptionner un ouvrage dans de bonnes conditions. L’intérêt est de s’assurer que le bâtiment ne présente pas de malfaçons et qu’il est conforme au contrat signé à la naissance du projet. Bien sûr, il arrive que certaines imperfections se déclarent plus tard. C’est pourquoi il existe des garanties légales permettant de protéger le client :

              opr-chantier-ouvrage
              • Garantie de parfait achèvement : l’entrepreneur s’engage pendant un an pour effectuer les réparations de tous désordres signalés
              • Garantie de bon fonctionnement : couvre les défauts qui nuisent au bon fonctionnement de l’ouvrage
              • Garantie décennale : couvre les réparations de certains dommages qui peuvent affecter la construction pendant 10 ans à partir de la réception des travaux. 

              Autres éléments à retenir concernant les OPR, ce sont les différentes façons de réceptionner un ouvrage :

              • La réception sans réserve : si le bâtiment est conforme en tout point, on signe. Les vices qui feront leur apparition avec le temps seront couverts par la garantie de parfait achèvement.
              • La réception avec réserves : les travaux ne sont pas tout à fait conformes mais on prononce quand même la réception. Cette signature est faite avec réserves qui seront levées par l’entreprise dans un délai fixé.
              • Le refus de réceptionner : le maître d’ouvrage refuse de signer la réception car il constate trop de malfaçons sur l’ouvrage. La réception est donc reportée et la date est convenue entre l’entreprise et le maître d’ouvrage.

              Et vous, comment procédez-vous pour les OPR ?

              Avez-vous pensé à la solution WIZZCAD pour assurer la digitalisation sur vos chantiers ? 

              Découvrez notre Guide Pratique du Conducteur de Travaux, les 7 étapes pour digitaliser votre chantier !

              Partager sur linkedin
              Partager
              Partager sur twitter
              Twitter
              Partager sur facebook
              Partager
              Partager sur whatsapp
              Partager

              Ces articles peuvent vous intéresser

              Qui sommes-nous ?

              Contact